Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Aide scolaire

Gentillement ou gentiment ?

31 Mai 2017

« On m’a gentiment indiqué la bonne direction. »
Sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens écrivent « gentillement » pour décrire une façon de faire empreinte de gentillesse. Ils semblent se baser sur la terminaison de l’adjectif « gentil », mais n’ont pas raison pour autant puisque cet emploi est incorrect.

Comment éviter de se tromper ? Voici quelques astuces pour ne plus commettre d’erreur.



Faut-il écrire « gentillement » ou « gentiment » ?
Règle : on écrit toujours « gentiment » : « gentillement » était une forme correcte… il y a quelques siècles mais plus maintenant ! On est tenté de l’écrire « gentillement » à cause de l’adjectif « gentil » qui se termine par « l ». Il faut avant tout se fier à la prononciation du mot. Si « gentiment » était écrit avec les deux « l », il se prononcerait « gentiyement » ce qui n’est pas le cas. L’orthographe de « gentiment » est, pour une fois, le reflet de sa prononciation.

Exemple : Il m’a gentiment demandé de parler moins fort. Je lui ai gentiment répondu que je n’en avais cure.



Quand a disparu « gentillement » ?
Le Dictionnaire historique de la langue française montre que la forme avec un ou deux « l » a bien existé jusqu’au XIIème siècle :

Gentiment […] a remplacé les formes gentilment, gentillement (fin XIIe siècle), gentieument (vers 1200) ; il se rattache d’abord à gentil « noble », puis remplace gentement.



C’est d’ailleurs très clair si nous regardons les occurrences de « gentiment » et « gentillement » dans la littérature. L’usage de la forme avec deux « l » n’est plus du tout utilisée aujourd’hui .

http://www.lalanguefrancaise.com/gentillement-ou-gentiment-orthographe

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Trouver la classe grammaticale de « que »

20 Mai 2017 , Rédigé par Aide Scolaire

Il n'est pas toujours facile de savoir à quelle classe grammaticale appartient « que » car ce petit mot de trois lettres, selon l'emploi qui en est fait, peut être un pronom relatif, un pronom interrogatif, un pronom exclamatif ou encore une conjonction de subordination.
• « Que » est un pronom interrogatif lorsqu'il est employé dans une phrase de type interrogatif, terminée par un point d'interrogation. Dans ce cas, « que » est, le plus souvent, au tout début de la phrase interrogative.
Ex. : Que veux-tu faire cet après-midi ?
Que t'a-t-il demandé pour que tu réagisses si violemment ?
• « Que » est un pronom exclamatif lorsqu'il est employé dans une phrase de type exclamatif, terminée par un point d'exclamation. Dans ce cas, « que » est le plus souvent au tout début de la phrase exclamative.
Ex. : Que tu es belle dans cette tenue, ma chérie !
Que les enfants sont sages aujourd'hui !
• « Que » est un pronom relatif quand il introduit une proposition de subordination relative. N'oublions pas que la proposition subordonnée relative complète toujours un nom (ou pronom) appelé antécédent. Dans ce cas, « que » est placé juste après l'antécédent (ou éventuellement séparé de lui par un adjectif ou un complément du nom).
Ex. : C'est la voiture que j'ai achetée pour me rendre au travail. (que, pronom relatif, reprend le nom voiture, l'antécédent complété par la proposition subordonnée relative)
C'est la voiture de fonction que j'ai obtenue pour me rendre au travail. (que, pronom relatif, reprend le nom voiture, l'antécédent complété par la proposition subordonnée relative. Que est séparé de l'antécédent par le complément du nom de fonction)
C'est ce qui a achevé de le convaincre d'accepter le poste. (l'antécédent de que est ici le pronom ce)
• « Que » est une conjonction de subordination quand il est utilisé pour introduire :
- une proposition subordonnée conjonctive complétive (COD) ;
Ex. : Elle sait bien que c'est sa sœur qui lui a volé son journal intime.
- une phrase de type injonctif au subjonctif.
Ex. : « Qu'elle soit reçue comme une princesse ! », ordonna le directeur de l'hôtel.
• Parfois « que » apparaît sous la forme élidée « qu' » devant un mot démarrant par une voyelle.
C'est la voiture qu'il a dû acheter pour son nouvel emploi.
© rue des écoles. Tous droits réservés.

Lire la suite

Reconnaître une conjonction de subordination

20 Mai 2017 , Rédigé par Aide Scolaire

• Une conjonction de subordination introduit une proposition subordonnée conjonctive qui peut être :
complément d'objet ; Exemple : Je crois que tu as tort.
complément circonstanciel. Exemples : J'insiste pour qu'il vienne. (but) Je pars quand tu veux. (temps)
• Une conjonction de subordination peut être formée d'un ou de plusieurs mots :
un mot : Exemple : que, comme, si, quand, lorsque, puisque, quoique ;
plusieurs mots (locution conjonctive) : Exemple : avant que, alors que, pour que…
• Attention à ne pas confondre :
que conjonction de subordination et que pronom relatif ; le pronom relatif, lui, représente un GN ou un pronom ; Exemple : L'idée que j'ai lancée a été jugée excellente. (pronom relatif)
si conjonction de subordination, introduisant une subordonnée de condition, et si adverbe interrogatif. Exemple : Je ne sais pas si nous réussirons. (adverbe interrogatif)

Lire la suite

1944-1947 : REFONDER LA RÉPUBLIQUE, REDÉFINIR LA DÉMOCRATIE

20 Mai 2017 , Rédigé par Aide Scolaire

L’année 1944 est marquée par la Libération mais aussi le retour à la République après la parenthèse « noire » du régime de Vichy.

La question qui se pose est de savoir comment la France se relève de la Seconde guerre mondiale et de la période de Vichy.

Les dégâts matériels, humains et psychologiques sont considérables. La France est divisée et déchirée par une période d’épuration illégale pendant laquelle sont punis les collaborateurs de Vichy.
C'est la période du GPRF (gouvernement provisoire de la République française) où le général de Gaulle, en s’inspirant du programme du Conseil national de la Résistance, restaure l’autorité de l’Etat républicain et entreprend de profondes réformes politiques, économiques et sociales.

C’est en 1944 que les femmes accèdent au droit de vote et qu’elle l’exerce pour la première fois en avril 1945.

Vote des femmes

C’est aussi en 1945 que la Sécurité sociale voit le jour.

De nombreuses entreprises dans les domaines de l’énergie, de la banque, des transports sont nationalisées

Ainsi, les réformes entreprises élargissent la démocratie dans son sens social et mettent en place un Etat providence.

C'est la naissance de la IVème République et les dissensions politiques entre les différents projets de constitutions.


De Gaulle, dont la volonté d’instaurer un régime présidentiel fort est contrariée par la crainte d’une dérive autoritaire du pouvoir, démissionne en janvier 1946.

Il exprime avec force son désaccord du projet socialiste et communiste qui défend un régime d’assemblée lors du discours de Bayeux en juin 1946. Il fonde ensuite le RPF (Rassemblement du Peuple Français) qui devient un parti d’opposition.

Deux présidents dirigeront la IVème République Vincent Auriol (1946-1954) et René Coty (1954-1959).

Fragilisée par l’instabilité parlementaire et la crise algérienne, la IVème République se termine par le retour du Général de Gaulle en 1958.

LES REPÈRES HISTORIQUES à retenir
1944-1945 : Libération / le général de Gaulle prend la tête du GPRF qui met en œuvre le programme du CNR / droit de vote des femmes

http://www.lesclefsdelecole.com/College/3eme/Histoire/1944-1947-refonder-la-Republique-redefinir-la-democratie-en-3eme

1944-1947 : REFONDER LA RÉPUBLIQUE, REDÉFINIR LA DÉMOCRATIE
Lire la suite
Lire la suite

Publié depuis Overblog

11 Mai 2017 , Rédigé par Aide Scolaire

Lire la suite
1 2 > >>